Académie Alice v.1.5
Bonjour à vous, Ô humble invité qui passez en ces lieux !

Le Staff vous invite, si vous êtes déjà inscrit, à passer les portes et vous enregistrer afin de voir toutes les catégories de votre demeure.
Si vous n'êtes pas encore inscrit, il serait peut-être temps de remédier à cela, non...? Nous vous invitons de ce pas à faire le tour du propriétaire et à poser vos éventuelles questions dans la rubrique qui vous est dédiée... en espérant vous accueillir parmi nous.


- Cordialement, toute l'équipe du Staff d'AA ! ♥️


[ NC-16 ]
Forum pouvant inclure des propos à caractère sexuel et/ou homosexuels et/ou incestueux. Âmes sensibles, passez votre chemin.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Contexte.

Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Dehaene



Messages : 8
Date d'inscription : 03/07/2011
Age : 24
Localisation : Overthere.

MessageSujet: Contexte.    Jeu 17 Nov 2011 - 20:06



    L'Académie fut créée en 1943, d'abord sous le nom de "Département de Recherches et de Développement en Nouvelles Technologies Syrius Phelpps" (abrégé DRDNT), le -feu- fondateur de l'établissement. Le contexte historique est simple et vous vous en souvenez encore, même pour les plus âgés d'entre vous. C'était une période de Guerre, de combat virulents et de famine...

    « De Terreur plus que de famine, entre nous, pour ce petit coin de France occupé par des pays dont la population n'entendait jamais parler. Nos alliés, Américains, possédaient une technologie nettement mieux avancée que nous. Et nous n'imaginions pas à quel point, oh non...
    C'est comme cela qu'un jour, des amis et moi sommes tombés sur ce bâtiment. Nous avions entrepris de fuir le conflit du pays par voie fluviale et étions, par hasard, au bout de plusieurs jours entiers de navigation, tombés sur cette île...
    L'établissement semblait en ruines... et il l'était. Nous étions ici par pure coïncidence alors nous avions décidé, entre deux bombardements - car la Guerre nous suivait où que nous allions, de le visiter. Imaginez quelle fut notre surprise lorsque, sur les marches du perrons, un tas de ferraille doté de jambes et de bras fondit sur nous depuis le toit ! Mon premier réflexe - outre le fait de bondir sur le côté - fut de brandir mon Colt en direction de la chose.

    - Ne bougez plus ! criai-je aussi fort que je le pus pour couvrir les rafales de tirs et les bombes au loin.

    Si je ne m'attendais pas à une réponse, j'espérais au moins un signe de compréhension et, le cas échéant, de coopération. Au lieu de ça, la bête curieuse - vaguement définie comme mi-Homme mi-tracteur - s'élança de nouveau sur moi. Menacé, j'ouvris le feu. Trois balles : l'une toucha ce qui me parut être une épaule, l'autre transperça le semblant de tête et la dernière, dans la même trajectoire que la précédente, s'encastra dans la porte d'entrée du bâtiment tandis que la carcasse électrifiée et fumante s'écroulait à mes pieds dans un bruit sourd de fer. Nous décidions sagement de ne pas y toucher et continuions notre marche.
    Une fois à l'intérieur, ce que nous pensions n'être qu'une plaisanterie de mauvais goût s'affirma comme toute autre... une armée ! Une véritable armée de droïdes se tenait là, dans le hall, accompagnée de ce que je me figurai d'emblée comme trois Généraux de Guerre.

    - En joue ! hurla le premier.

    Ordre exécuté par la centaine de tas de ferraille alentours.

    - Armés ! lâcha le second.

    Une centaine de "clics" retentirent alors.

    - Ti--- !
    - Attendez ! coupai-je le troisième père dans son mot - juste à temps. Je suis Syrius Phelpps, troisième régiment seconde ligne, médaillé de Guerre, j'ai suivi des cours de cyberbiologie, je peux vous être utile !

    J'espérais qu'il ne lancerait pas son ordre. Le premier regarda le second qui regarda le troisième qui regarda la premier qui le regarda à son tour. Un lourd silence qui me parut durer des heures s'installa, puis ils finirent par baisser la main qu'ils avaient chacun levée et les robots lâchèrent leur chien. Le second fit signe au cyborg le plus proche de me mener à eux. La machine s'exécuta sans rechigner, agrippa mon bras et me tira vers ses chefs. J'exprimai un bref couinement de mécontentement mêlé de douleur puis je fixai les trois humains face à moi. L'un d'eux prit la parole :

    - Et vos compagnons, qui sont-ils ? Identifiez-vous !
    - Je m'appelle Charles, Monsieur. Charles Duravel, je suis artisan.
    - Je suis Pierre-Louis Arambourg. Je suis ouvrier dans une entreprise qui fabrique des voitures, messieurs.

    Ils se consultèrent du regard, puis fixèrent le robot qui sembla lui aussi les regarder, puis ME regarder. Un autre signe discret suffit à ce qu'il m'empoigne et m'attire au loin, dans un couloir éclairé par de faibles halos rougeâtres. Non loin dans mon dos, j'entendais leurs bruits de pas nous suivre, le tas de ferraille et moi. Ils finirent par nous rattraper et nous encadrer. L'un d'entre eux se tourna, lança un mot dans une langue étrangère, puis poursuivit son chemin.

    - Qu'allez-vous leur faire ?!

    Pas de réponse. Je les entendais hurler des injures, loin, de plus en plus loin derrière. Je me sentais impuissant, inutile, égoïste. J'avais envie de me sauver. J'avais sûrement tué deux amis...
    Rafale.
    Non. Pour sauvegarder mon insipide existence, j'avais tué deux amis. »

    Par la suite, Phelpps devint un grand collaborateur de Slågslmåls Science Industries ainsi que de ses gérants : Neils McCavish, Petruccio Buonafortuna et Katarina Paczi. Une femme dans un déguisement d'homme, brillante et charmante en plus de cela. 1943, le 03 février. Phelpps eut l'idée révolutionnaire de donner matière à étudier à ces stupides cyborgs, maintenant beaucoup plus humains par le physique du fait de l'évolution qu'il avait apportée à leur design. C'est donc là que tout a commencé. On ne lui donna pas les moyens de ses idées, c'est pourquoi il décida de se les accorder lui-même : recrutant des professeurs ainsi que du personnel motivé et pour le moins anarchistes tout autant que dans le secret, il fit de cette usine une école digne de ce nom. En moins de six mois, l'affaire était pliée. Le 27 juillet 1943, l'école S. Phelpps (dans le cadre du DRDNT) ouvrait ses portes pour le meilleur... et pour le pire.
    Une élite de droïdes s'y établit alors...

    Cent ans plus tard, le 12 Avril de l'an 2045...

    « Je m'appelle Alice. Alice Dehaene, pour être précise, et je suis l'arrière arrière petite-fille de S. Phelpps. Ma mère m'a confié, étant encore petite, que c'était un grand homme, mais qu'elle ne pouvait pas me parler de ses créations car il oeuvrait dans le secret et qu'elle-même n'était pas censée être au courant de ses manigances. J'aime beaucoup ma mère. Enfin. Je l'aimais beaucoup, parlons d'elle au passé puisqu'elle n'est plus de ce monde. Ma pauvre mère, puisse votre âme reposer en paix aux côtés de ce grand homme dont vous ne m'avez conté l'histoire...
    Il y a peu, j'ai décidé de me renseigner sur les activités de mon arrière arrière grand-père. J'ai alors pris la décision de partir pour rejoindre la petite bourgade dans laquelle il a vécu toute sa vie...

    Je me trouve actuellement devant un monument ancien, très ancien visiblement. Sa façade est recouverte de lierre et d'autres plantes grimpantes. Mes recherches m'ont amenée ici, et je ne sais vraiment pas à quoi m'attendre.
    (...)
    Des robots ! Des centaines et des centaines de robots poussiéreux, dans le hall, dans les couloirs, figés dans diverses positions... je ne sais que penser ! En fouillant un peu ce décor macabre, j'ai trouvé un vieux carnet relié de cuir, celui de mon arrière arrière grand-père. Ses initiales, S.P., sont gravées dessus. J'ai pris le temps de le lire. Je me trouve actuellement dans l'Académie Syrius Phells, la toute première à avoir accueilli une forme de vie artificielle... tous ces androïdes, sont-ils encore en état ? Je me demande bien où je pourrais trouver des plans à me fournir pour explorer cet endroit, et comment je pourrais m'instruire plus au sujet de ces choses déjà si élaborées pour son époque...

    Après six longs mois de recherches fastidieuses et de travail acharné, j'ai enfin trouvé le moyen de remettre ces machines en marche. Cependant, je dois avouer que j'ai quelques appréhensions sur l'état de leurs circuits, je ferais mieux de faire attention. J'ai, d'autre part, commencé les plans de nouveaux androïdes améliorés. J'ai hâte de voir le résultat ! J'ai récemment demandé à quelques scientifiques bénévoles de venir m'aider dans mes travaux, afin de me faciliter la tâche dans la création d'un nouveau modèle d'androïde.
    (...)
    La tentative de réanimation des androïdes de l'époque de mon ancêtre fut un échec total ! Quelques minutes à peine après avoir repris leurs esprits, les machines se sont ruées vers les portes du hall et sont sorties en courant vers la ville ! Quelle catastrophe pour la population locale, avoir des machines folles devant leurs maisons... qu'ai-je fait mon Dieu, qu'ai-je fait ?

    Le 06 Décembre de l'an 2046, soit un an après...

    Aujourd'hui c'est mon anniversaire... et le nouveau DRDNT Phelpps ouvre ses portes ! Après de longues rénovations, d'innombrables calculs, des erreurs aussi... je suis fière de présenter aux androïdes des environs la toute nouvelle et renommée Académie Alice ! C'était la petite touche de narcissisme de la fin... ahah. Le Département de Recherches et de Développement dans les Nouvelles Technologies va connaître de jours meilleurs dès aujourd'hui.
    Blague à part, j'espère arriver à gérer mon affaire et retrouver tous les prototypes de mon ancêtre - ainsi que les miens qui ont servi de base à l'élite... - perdus dans la nature pour les réparer et leur offrir une nouvelle vie... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Contexte.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contexte évolutif
» Contexte de Nox Aeterna
» Le Contexte du RPG
» Contexte & Saison 1
» Contexte : l'histoire de l'Entre monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Alice v.1.5 :: Hors d’œuvre :: Chartes de bonne conduite-
Sauter vers: